Pour de Vrai

Pour de Vrai

         Pour de vrai – durée: 55 minutes – ne convient pas au moins de 10 ans

 

Le ton de Pour de vrai est frais, ponctués de sensibilité et d’humour
complètement déjanté.
Au plateau, deux comédiennes un peu givrées racontent leurs vraies
illusions et leurs fausses réalités. Elles s’emportent dans des histoires
pas possibles et s’amusent du réel. De cette frénésie ressort toute une
tripotée de question et de réflexions :
– « On est tous le figurant du film de son voisin. »
– « Notre prénom est une fiction, inventée par nos parents. »
– « Si tout le monde fait la même erreur, est-ce encore une erreur ? »
– « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous . »
C’est avec un enthousiasme communicatif qu’elles abordent autant de
questions aux allures anecdotiques que de sujets d’actualités épineux.
Comme dans une grande conversation nocturne et intime, elles laissent
leurs pensées s’échapper en vrac, sans jamais donner de leçon.
Pour de vrai c’est aussi une sirène, un playback des Dix
commandements, Vincent Lacoste à l’île de Ré, un coup de foudre, un
singe et un véritable pamplemousse.

Mise en scène collective: Pierre Puech et Alexia Duc
Texte: Alexia Duc
Jeu: Éva Bouthier et Alexia Duc
Régisseur: Pierre Puech
Création lumière: Mathieu Challa et Kevin Serrano de s.o.s Spectacle

Pour construire ce spectacle, on s’est penché sur les petits moments qui nous troublent vraiment, qui nous mettent la puce à l’oreille…

Les rêves un peu trop réalistes qui impactent nos vies.

Les rires ou les pleures qu’on laisse échapper et qui brisent le silence d’une immersion totale dans un film ou un bouquin.

Les instants de doutes devant les informations qui nous montrent une guerre trop effroyable et éloignée pour être vraie.

Les événements tellement forts de nos existences qu’on s’en sent spectateur.

 

Il y a un truc que l’on sait: quand les comédien.ne.s et spectateur.rice.s se retrouvent à croire, au même moment, l’histoire qui se raconte, quelque chose de vrai semble se passer.

Depuis tout petit, on nous berce avec des contes, des chansons et des anecdotes du tonton d’Amérique… Alors évidemment, quand on devient grand, on continue à se raconter des histoires pour donner du sens à ce qui ne nous paraît pas supportable. Combien de fois on s’entend dire « c’est pas vrai?! » face à une dure réalité.

On s’adresse au public de façon frontale, franco, faut qu’il y croit à notre sincérité. Craque ou pas craque, faut leur montrer qu’on y croit.

 

Pour de vrai, c’est de la nourriture pour le cerveau. C’est un spectacle où l’on se fait du bien, où l’on rit, où l’on se dit « mais là, c’est pour de vrai?! » et où on répond par une autre question: « est-ce que c’est vraiment important? »

 

Un Grand Merci !!

Nous tenons à remercier nos partenaires pour leurs soutiens à la résidence et à la création : l’IDDAC Gironde et la Région Nouvelle-Aquitaine Ainsi que tous les lieux qui nous ont accueillis en résidence : le TNBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, la Manufacture Atlantique 2016, le Théâtre des Chimères (64), Espace Culturel Treulon de la ville de Bruges, Le Lieu Sans Nom , la Maison des Arts de Pessac, et la Maison Broche (79).

C’est en Février 2016 que la candidature de la Cie C’est pas Commun a été validé par la commission du festival Récidive (composé de ses organisateurs et collaborateurs : la Manufacture Atlantique, l’OARA, l’espace 29 et le Carré-Colonnes).

Les 35 premières minutes du spectacle ont été écrites et créées durant l’été 2016 à la Manufacture Atlantique.

Les premières ont eu lieu les 13 et 14 septembre 2016, lors du festival Récidive 2016, à la Manufacture Atlantique.

En mars 2017, Alexia file une semaine à la plage pour réécrire et allonger le texte du spectacle.
En avril 2017, Pour de vrai se fait un petit relooking à la maison Broche (79) puis à l’espace Treulon de Bruges. Lors de ces deux résidences, Pierre Puech prend les rênes de la mise en scène en partenariat avec Alexia et l’équipe trouve son équilibre pour avancer sereinement. La sortie de Résidence au Treulon se passe au poil!

En novembre 2017, l’équipe s’attelle au travail dramaturgique du spectacle et au tournage d’un premier teaser à la Maison des Arts de l’Université de Bordeaux Montaigne.

En janvier 2018, le Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine accueille la compagnie pour une résidence de jeu.

En mars 2018, création lumière avec SOS Spectacle au Lieu sans nom, avec l’aide à la création de l’Iddac.

En octobre 2018, résidence au Théâtre des Chimères de Biarritz avec le soutien de la Région Nouvelle Aquitaine.

16 novembre 2018

17h OU 20h à la Maison des Arts - Université Bordeaux Montaigne